Accueil > Tribunes libres > Visite de la maison d’arrêt de Nantes

Visite de la maison d’arrêt de Nantes

fontsizeup fontsizedown

Le 17 juin j’ai visité la maison d’arrêt de Nantes. Elle est implantée à l’est de la ville. Elle fonctionne depuis juin 2012 suite à la fermeture de l’ancienne maison d’arrêt situé en centre-ville, rue Descartes, à proximité de l’ancien palais de justice. Les parloirs sont prévus cinq jours par semaine. Les horaires de la ligne de bus ont été aménagés en concordance avec ces parloirs. La maison d’arrêt incarcère des prévenus en attente de jugement et des condamnés normalement à des peines inférieures à deux ans. Elle est composée de deux unités hommes avec chacune 130 cellules individuelles et 50 cellules doubles. S’y ajoutent 30 places dans le quartier des arrivants. S’y ajoutent encore une maison d’arrêt pour femmes de 40 places, dont deux pour des mères avec enfants jusqu’à 18 mois, et un quartier courtes peines de 60 places.

L’ensemble est neuf. La conception est moderne, avec une douche dans chaque cellule. Quatre appartements permettent une rencontre entre un détenu et sa famille (unités de vie familiale). Cent détenus sont affectés au service général : ils effectuent les tâches permettant de faire fonctionner l’établissement : cuisine, buanderie... Il y a de plus des possibilités de formation.

Malheureusement l’établissement connaît déjà la surpopulation. Lors de mon passage neuf personnes dormaient sur des matelas par terre. En janvier de cette année ce nombre est monté à 39. Par ailleurs l’établissement a connu plusieurs suicides. Ils sont toujours difficiles à expliquer. Ils peuvent être reliés à la difficulté de faire face a sa propre culpabilité, de supporter la détention mais peut-être aussi de vivre dans un établissement moderne au fonctionnement beaucoup moins collectif que les maisons d’arrêt vétuste.

Partager sur le net :

Répondre à cet article

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.