Accueil > Ensemble, faisons vivre la démocratie au quotidien ! > Web et démocratie > D’une culture de l’enfermement à une culture du contrôle ?

D’une culture de l’enfermement à une culture du contrôle ?

fontsizeup fontsizedown

Considérant que nous utilisons mal la prison dans notre politique préventive et répressive, je vous propose plusieurs pistes d’explication quant à cela, de manière à pouvoir proposer un ensemble de propositions visant à rééquilibrer notre politique pénale et carcérale, de manière à passer d’une culture de l’enfermement à une culture du contrôle.

Les trois causes, et les solutions que je propose d’y apporter, sont les suivantes :

1/ Les magistrats manquent de temps pour individualiser les sanctions
La justice prononce trop systématiquement des peines de prison car, pour prononcer autre chose qu’une peine de prison, il faudrait que les juges aient plus de temps pour examiner chaque cas, pour disposer d’enquêtes de personnalités, pour examiner l’ensemble des mesures qui pourraient être prise concernant telle ou telle personne. Faute de temps, la prison devient la solution par défaut.

2/ Les peines alternatives à la prison sont mal acceptées
La justice prononce trop systématiquement des peines de prison, car elle subit la pression de l’opinion et des médias. Dans l’esprit de ces derniers, la prison apparaît en effet souvent comme la seule solution véritablement capable de punir, neutraliser et dissuader les délits et les crimes. De nombreuses peines alternatives à la prison, dites« en milieu ouvert »(sursis avec mise à l’épreuve, travail d’intérêt général, libération conditionnelle, contrôle judiciaire ou ajournement avec mise à l’épreuve) existent pourtant qui ont prouvé leur plus grande efficacité pour lutter contre la récidive, responsabiliser et amender le détenu. Mais elles semblent mal acceptées.

3/ Les services en charge du suivi des peines en milieu ouvert manquent de moyens
La justice prononce trop systématiquement des peines de prison, car les services en charge de la préparation, du suivi et du contrôle en milieu ouvert manquent de moyens. La faiblesse de ces services constitue un risque pour la sécurité, et du coup, conduit les juges à préférer les peines de prisons aux peines alternatives en milieu ouvert. Ils se montrent en particulier souvent réticents aux mesures de libération conditionnelle,c’est-à-dire « surveillée ».

Venez participez sur www.parlement-et-citoyens.fr

Téléchargez la note publiée avec la Fondation Jean JAURÈS en cliquant ICI

Partager sur le net :

Un message, un commentaire ?

  • D’une culture de l’enfermement à une culture du contrôle ? Le 14 août 2013 à 19:30, par Brisemeur

    Bonjour Mr Le Député
    pour alimenter la réflexion et notamment les points 2 & 3. Le constat est fait à plusieurs échelons que nous avons très largement dévalorisé le travail manuel depuis plus de 40 années. Beaucoup de parents souhaitent et c’est bien naturel, que leurs enfants aient un meilleur emploi que le leur et nous avons poussé nos enfants a aller vers des métiers « de bureau, service » .
    Parallèlement le monde professionnel cherchait et malheureusement cherche toujours, par tous les moyens à diminuer le coût du travail manuel. le résultat maintenant : nous n’avons plus de personnels formées pour répondre a des entrepreneurs qui possèdent des joyaux d’industrie à préserver ex : la dernière fabrique de jeans française, un métallier qui réalise des cuves spécifiques avec un savoir faire unique....
    D’autres part, comme exposé dans l’article, les peines alternatives sont trop peu utilisés.
    Ma proposition ; ne pourrait on pas obligé des jeunes condamnés de se former aux métiers manuels qui font défaut dans leurs régions (l’ANPE devrait être capable de cibler ces emplois) avec obligation comme certains métiers dans l’administration d’être redevable de plusieurs années dans cet emploi.
    Le monde professionnel pourrait être mis à contribution en prenant en charge la réalisation de la formation directement en entreprise.(C’est là qu’il faut aussi des moyens pour aider le système)
    Je sais ! nous avons une démarche intellectuelle a faire sur ce sujet. Mais il faut bien commencer un jour.
    A ta guise pour en débattre.

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?