Accueil > Tribunes libres > UNIVERSITE D’ETE, DES RAISONS D’ESPERER

UNIVERSITE D’ETE, DES RAISONS D’ESPERER

fontsizeup fontsizedown

Les 28 – 29 et 30 août, j’ai participé à l’Université d’été du Parti socialiste à la Rochelle. Contrairement à la presse qui se moque de nous sur le thème de la guerre des chefs, j’ai trouvé de nombreuses raisons d’espérer.

J’ai d’abord été ébloui par la formidable richesse qui émanait des 4500 personnes qui ont pris sur leur temps de loisirs pour venir réfléchir ensemble et travailler. L’organisation des ateliers où les interventions étaient brèves, limitées à 5 minutes par intervenant nous dispense d’écouter d’interminables discours et oblige la pensée à se concentrer en phrases brèves. Les débats sont ainsi d’une intensité formidable.

Tous les intervenants on appelé à l’unité et au respect de la discipline du Parti. La guerre des « chefs », si elle s’est bien déroulée, n’a pas eu d’effet sur les débats.

De plus, cette guerre est naturelle. Il est normal que l’élection à un poste donne lieu à compétition. Il est normal que les compétiteurs aient des égaux car s’il n’avait pas d’égaux il ne se donnerait pas la peine de concourir pour ce poste. Chacun sait que la course électorale nécessite beaucoup d’efforts. Notre mérite est de faire en sorte que les compétitions électorales se déroulent au su et au vu de tout le monde. Il est donc facile alors de les ridiculiser. Je souhaite que nous dégagions un leader, je souhaite que cette compétition soit de brève durée, mais en elle-même cette compétition est saine.

Enfin, la dernière raison d’espérer est que nous sommes peu être à la fin d’une période de transition. La mondialisation a relégué au second rang les Etats nations. C’est dans ces Etats nations que s’élaboraient autrefois les politiques sociales. La crise que nous connaissons, crise subprimes, crise financière, et maintenant, malheureusement, crise industrielle qui semble nous entraîner dans la récession, va nous obliger à repenser des régulations. Ces régulations vont être des régulations internationales et européennes. Les plus libéraux interviennent. Les Etats-Unis ont mis en place un système fédéral visant à aider les propriétaires étranglés par les crédits souscrits pour l’achat de leur maison. Les anglais ont nationalisé des banques.

Dans son discours de clôture François HOLLANDE a appelé à une discussion internationale pour fixer les règles monétaires (un nouveau bretton woods – du nom des accords monétaires internationaux intervenus juste après la deuxième guerre mondiale). C’est vers cela me semble-t-il que nous nous acheminons, même si le chemin risque d’être encore long.

Ainsi, demain, il est fort possible que la solidarité et la liberté pourront aller de paire. Il est fort possible que partager le travail soit une façon de créer non seulement la richesse pour tous mais également plus de richesse. Enfin demain, il est fort possible que l’Europe, aujourd’hui décriée, soit notre avenir et que cet avenir soit un avenir de paix.

Partager sur le net :

Répondre à cet article

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?