Accueil > Tribunes libres > LES ENSEIGNEMENTS DU PREMIER TOUR DES ÉLECTIONS RÉGIONALES SUR LA 4° (...)

LES ENSEIGNEMENTS DU PREMIER TOUR DES ÉLECTIONS RÉGIONALES SUR LA 4° CIRCONSCRIPTION

fontsizeup fontsizedown

Les élections du dimanche 14 mars 2010 sont riches de plusieurs enseignements.

1° La poussée de la gauche.

Cette poussée est sensible sur toutes les communes de la quatrième circonscription. La liste de Jacques Auxiette, la gauche en action, réalise les scores suivants :

-  43,68 % à Bouaye ;

-  43,36% à Bouguenais ;

-  41,03% à Brains ;

-  58,24% à Nantes, école Jacques Tati (quartier du Clos Toreau) ;

-  40,15% à Nantes, école Ledru Rollin (quartier Nantes Sud) ;

-  39,80% à Pont Saint Martin ;

-  43,73% à Rezé ;

-  39,29% à Saint Aignan de Grand Lieu ;

-  41,71% à Saint Léger Les Vignes ;

-  40,99% à Saint Sébastien sur Loire.

2° La faiblesse de la droite.

Sur la liste de Christophe Béchu, le candidat UMP, la droite était représentée par quatre habitants de la quatrième circonscription. Y figuraient la conseillère régionale sortante, Mme Guerriau, de Saint Sébastien, une conseillère municipale de Saint-Sébastien, une habitante de Rezé, un conseiller municipal de Pont Saint-Martin. Or, malgré cette forte représentation, la liste de l’ UMP fait dans la 4° circonscription un score inférieur aux 32,78 % obtenus sur la région et même aux 28,09 % obtenus dans le département de Loire Atlantique, sauf à Pont Saint-Martin où elle obtient 28,29 %. À Saint-Sébastien, la grande ville tenue par une municipalité divers droite, elle n’obtient que 26,72 %.

3° L’importance du vote Europe écologie.

La liste Europe écologie confirme son implantation. À noter à ce sujet l’importance de son résultat à Nantes Sud dans les bureaux de l’école Ledru Rollin qui regroupe la quasi-totalité de ce quartier. En effet elle réalise là un score de 20,48 % des voix et même 14,03 % à l’école Jacques Tati où vote le quartier du Clos Toreau. Il faut cependant se garder de toute interprétation définitive à partir de ce quartier de Nantes Sud vu la faiblesse du nombre de voix enregistrées.

4° L’apparition nuancée du Front De Gauche.

Alors qu’il était activement soutenu par l’ancien maire de Bouguenais, Mme Verchère, alors qu’il avait tenu à Bouguenais un important meeting de campagne dans la salle du Piano’ktail, le Front De Gauche est apparu dans le paysage politique mais n’a probablement pas réussi sur la quatrième circonscription une percée aussi significative qu’il l’espérait. Ses deux meilleurs scores sont à Bouguenais (9,40 %) et à Rezé (8,71 %).

5° L’absence d’effet visible sur le résultat du débat sur l’aéroport.

Ce jour, entre les deux tours, il est impossible de déceler un effet du débat sur le départ de Nantes Atlantique vers Notre-Dame des Landes. En effet alors que la quatrième circonscription abrite l’actuel aéroport, il n’y a pas d’écart significatif concernant le vote pour Europe écologie.

6° L’échec des partisans de la réunification de la Bretagne.

La liste de M. Flippot, Nous te ferons Bretagne, obtient dans les différentes communes de la circonscription un score oscillant entre 2 et 2,5 %. C’est à rapprocher de son score sur le département de Loire-Atlantique (2,62 %). C’est à rapprocher également de son score sur la région (0,99 %). L’idée de réunification sans projet politique d’avenir n’ont pas séduit les électeurs de la quatrième circonscription (même si cette liste a émis des idées intéressantes sur le rôle des petites villes dans l’aménagement du territoire, idées qui sont certainement à creuser mais qui sont indépendantes de la question de la réunification de la Bretagne).

7° Conclusions politiques.

Il faut tout d’abord se rassembler, s’allier avec le la liste Europe écologie pour confirmer la victoire dimanche 21 mars. Il faut ensuite trouver un compromis sur la question de l’aéroport. Celui-ci n’est pas en soi anti écologique. C’est un projet difficile et nécessaire que nous devons réussir (je renvoie mon article sur le sujet dans ce même site).

Par ailleurs il faut répondre aux abstentionnistes. Pour une partie d’entre eux, ce sont des désabusés, pour certains d’entre eux en raison de difficultés réelles, pour d’autres en raison d’une absence d’espérance dans l’avenir. Pour une autre partie il s’agit d’électeurs qui ne se retrouvent pas dans l’offre politique qui leur est faite. Nous ne pouvons pas nous contenter de crier victoire sans essayer de remédier à cette double difficulté.

Enfin il faut se souvenir des leçons d’un passé récent : une victoire aux élections régionales ne signifie pas nécessairement une victoire à l’élection présidentielle intervenant quelques années plus tard. Ils faut continuer à travailler, à préparer un projet pour ce pays, a rassembler le plus de courants politiques possibles et enfin à désigner un leader. La tâche donc ne manque pas.

Partager sur le net :

Répondre à cet article

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?