Accueil > A l’Assemblée > Constitution : Aller jusqu’au bout du débat et de la négociation (...)

Constitution : Aller jusqu’au bout du débat et de la négociation !

fontsizeup fontsizedown

Les députés ont commencé le travail d’examen du projet de réforme de la Constitution.

Ce débat n’est pas un débat comme les autres. Il engage l’évolution de la forme et des outils de notre démocratie. L’objectif d’un aboutissement positif d’une telle réforme doit être affiché, et c’est bien la volonté du groupe socialiste. Depuis plusieurs semaines nous avons effectué un important travail d’analyse et de propositions (voir les comptes rendus de Jean-Jacques URVOAS)

Cependant, l’accord ne peut pas être "à tout prix"  ! Et nous savons que le débat n’est pas simplement droite contre gauche. Au sein de chaque groupe parlementaire, des sensibilités spécifiques s’expriment. On perçoit ainsi des différences au sein de l’UMP entre des “gaullistes” extrêmement réservés sur le texte (c’est le cas de Jacques Le Guen par exemple) et les sarkozystes nécessairement zélotes. 

À gauche aussi, les analyses sont diverses. Les députés radicaux de gauche sont visiblement favorables à la révision, les communistes et les verts par principe hostiles.

Au sein du PS, le débat est en cours. C’est logique dans la mesure où nous arrêterons notre position commune en réunion de groupe mardi. Nous voulons laisser au gouvernement le temps de prouver qu’il croit à ce qu’il dit.

Mais l’actualité sera sans doute le texte que j’ai signé avec d’autres députés. La presse va inévitablement le présenter comme une division au sein du PS et probablement comme un appel à voter la réforme.

Ce n’est pas le cas. C’est simplement l’envie de croire à la nécessité de cette révision. Sincèrement, je pense que ce texte comporte des avancées notables mais que pour le moment, le gouvernement n’a pas donné les garanties indispensables pour que nous soyons sûrs qu’il tiendra parole. Reconnaissons que le sort qu’il réserve à nos propositions de loi ne va pas dans ce sens. Pour autant, il m’a semblé que d’affirmer comme le fait aujourd’hui André Vallini, porte parole du groupe, dans Libération que notre vote sera négatif, est prématuré.

Aujourd’hui débute l’étude des 300 amendements.

Partager sur le net :

Répondre à cet article

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?